ISBN: 978-2-917032-69-5

Extrait choisi:

La gare de Limoges-Bénédictins est une bénédiction, une véritable source d’inspiration pour le reporter de gare que je suis devenu au fil de mes nombreuses prises de vue réalisées sur les quais ou dans les escaliers, au milieu du hall ou sur le parvis, ou encore dans le nid d’aigle que constitue le dernier étage du campanile qui, avec solennité et désinvolture, s’affranchit de la rumeur familière de la ville. Extrait de la préface de Fabrice Varieras.

Format: 24x22cm
22 €
Livraison et expédition
Montant total Frais livraison
Jusqu'à 25€ 2,50€
de 26 à 100€ 4,00€
sup. à 100€ 0,00€
TVA incluse

Vous pouvez commander nos livres directement en ligne, en utilisant le panier électronique à votre disposition, ou bien en nous renvoyant un bon de commande imprimé.


En gare de Limoges-Bénédictins. Instantanés
Ouvrage signé Fabrice Vareiras
Collection: Beaux Livres

Hommage à un monument, véritable symbole de la ville de Limoges, En gare de Limoges-Bénédictins. Instantanés est le fruit du regard porté au présent par un reporter de gare, passionné par cette architecture qui a déjà traversé des décennies et qui semble appelée à franchir les siècles.

La gare de Limoges-Bénédictins est photogénique, à n’en pas douter. Elle est autant un lieu de vie trépidant qu’un incroyable « geste » architectural et décoratif. Sa silhouette remarquable, inscrite au cœur du tissu urbain limougeaud, a déjà inspiré de nombreux photographes et cinéastes.

L’auteur

JPEG - 2.6 Mo
Fabrice Vareiras

Photographe et journaliste, Fabrice Varieras s’attache dans ce livre consacré à la gare de Limoges à célébrer la poésie de l’ordinaire et à révéler l’esthétique graphique du quotidien.

Un texte de Patrick Mialon, écrivain et critique d’art, aborde l’esthétique de Fabrice Varieras.

« …le travail effectué sur les hauteurs de la coupole est lui aussi très intéressant à cet égard quand le photographe nous invite à jouir, esthétiquement s’entend, de l’opposition des lignes et des barres du revêtement du toit contrastant avec la suavité des courbes et des contre-courbes de la couverture de cuivre qui n’a pas encore (depuis l’incendie des années 1990) retrouvé sa verte patine… » « Selon les prises de vue, les corps qui se déplacent peuvent être tronqués, floutés mais tout aussi bien accueillants ou fermés à l’image des allégories de la Bretagne ou de la Gascogne soutenant de leur plastique à la Maillol le ciel de leurs désirs… » Patrick Mialon. Janvier 2016.

Ils parlent du livre :

- http://www.info-mag-annonce.com/journal/haute-vienne/haute-vienne/hv-loisirs/gare-limoges-benedictins/213919

- http://www.limandyou.com/Envie-de-partir/Nos-coups-de-coeur/En-gare-de-Limoges-Benedictins

Quelques images choisies