ISBN: 978-2-917032-89-3


Format: Format : 14 x 22 cm
19 €
Livraison et expédition
Montant total Frais livraison
Jusqu'à 25€ 2,50€
de 26 à 100€ 4,00€
sup. à 100€ 0,00€
TVA incluse

Vous pouvez commander nos livres directement en ligne, en utilisant le panier électronique à votre disposition, ou bien en nous renvoyant un bon de commande imprimé.


La Bête du Gévaudan
Ouvrage signé Élie Berthet
Collection: A lire dans mon Sofa

Préfacière

JPEG - 1.7 MoFranco-Canadienne, Fabienne Claire Caland est chercheure en mythologie et critique d’art. Docteure ès Lettres, elle a fait ses études à Limoges et à Montréal. Elle a publié six essais, dont En diabolie, sur l’imaginaire de la barbarie contemporaine, et Zoofolies, sur la mythologie et l’art. Sa devise : les mythes nous aident à comprendre l’époque où nous vivons.

A propos de cet ouvrage

De 1764 à 1767, un animal féroce sème la terreur au coeur de la France paysanne. Il tue et déchiquète des hommes, des femmes, des enfants. On attribue une centaine de meurtres à ce monstre dont on ne sait s’il est un loup, un chien, une hyène – un loup-garou, peut-être ? La rumeur s’emballe, et la légende de la bête du Gévaudan prend forme.

En 1858, Élie Berthet (1815-1891), romancier populaire du Second Empire, publie le premier roman sur l’affaire. À la question « Qu’est-ce que la bête ? », il répond par un feuilleton illustré dans la presse. Le succès est immédiat. Depuis, le sujet a fait couler beaucoup d’encre et Berthet, ce Limousin qui devint une plume parisienne plus appréciée qu’Alexandre Dumas, a sombré dans l’oubli. Pourtant, sa Bête du Gévaudan vaut la peine d’être redécouverte. Sous un suspense haletant, on y découvre une thèse d’une surprenante modernité.


Mots-clés : Roman-feuilleton du XIXe siècle, bête du Gévaudan, XVIIIe siècle, mystère, meurtres, légendes, suspense